Québec, le 19 février 2014 – À la veille du dépôt du deuxième budget du gouvernement Marois, Québec Numérique insiste sur la mise en place de mesures concrètes pour stimuler l’innovation, le développement et la productivité en matière de développement numérique, plus particulièrement dans la région de Québec, où l’expertise foisonne au profit de meilleurs services aux citoyens.

« Les technologies de l’information (TI) sont au cœur de nos vies, mais il n’y a pas de leadership fort au Québec, une vision claire et précise du développement d’une industrie numérique performante. L’innovation et la productivité de l’économie québécoise passent aujourd’hui par les technologies, et si rien n’est fait, le Québec restera derrière et manquera le bateau », lance M. Jonathan Parent, directeur général et cofondateur de Québec Numérique, un organisme dont la principale mission est de favoriser le rayonnement de la communauté numérique de Québec.

Selon la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, la main-d’œuvre en TI représente 19 800 emplois dans la région de Québec. Précisons qu’en 2011, le chiffre d’affaires de l’industrie des technos au Québec fracassait les 23,2 milliards de dollars. On y retrouvait plus 133 000 travailleurs dispersés dans quelque 5 800 entreprises, notamment dans les domaines du multimédia, du jeu et du développement de logiciels.*

« Il faut que le gouvernement aille au-delà de l’achat de matériel et de l’implantation sectorielle de systèmes de gestion. Le Québec a toute l’expertise nécessaire pour simplifier la gestion gouvernementale et faciliter la vie des citoyens. Il y a une foule de petites innovations qui pourraient faire la différence, mais pour arriver à des résultats probants, il faut d’abord se doter d’une vision globale du numérique et investir en ce sens », insiste Carl-Frédéric De Celles, cofondateur de Québec Numérique.

Les initiatives mises de l’avant par Québec Numérique et les divers regroupements pour stimuler l’industrie numérique dans la Capitale-Nationale et partout au Québec doivent être appuyées et stimulées concrètement. « Nous avons des cerveaux en matière de TI qui ne demandent qu’à mettre leur expertise au service de la société québécoise. Il est grand temps que l’industrie puisse avoir les moyens de ses ambitions et le soutien sans faille du gouvernement », précise M. Parent.

WAQ : UNE PROGRAMMATION INTERNATIONALE ET DIVERSIFIÉE 

Québec Numérique présentera, pour une 4e année, le Web à Québec (WAQ), du 19 au 21 mars à l’Espace 400e, un événement pour les spécialistes, les étudiants, les décideurs, les gestionnaires et le grand public sur les différentes sphères du numérique.

Avec ses 45 conférenciers provenant de la Silicon Valley et d’Europe, en passant bien sûr par le Québec, les participants auront de quoi enrichir leurs connaissances sur les thèmes de l’heure.

Le WAQ 2014 mettra en vedette des « stars » du Web et du numérique, notamment le Québécois Sylvain Carle de Twitter, Dan Gill de Leap Motion, Hilary Mason, Data Scientist en résidence pour Accel Partners qui a travaillé auparavant comme Chief Scientist chez Bitly, David Eaves, expert en données ouvertes, Swati Mylavarapu de Square et Alistair Croll, entrepreneur et auteur de Lean Analytics (voir le profil des conférenciers sur le site webaquebec.org)

« En plus des conférences, huit startups de Québec auront la chance de présenter un projet et de tester leur argumentaire (Elevator Pitch) devant les participants. Ces jeunes entrepreneurs pourront aussi travailler en résidence afin d’échanger et qui sait, y trouver une occasion d’affaires ? », mentionne Jonathan Parent.

Les billets pour profiter de ces trois jours de conférences inédites sont disponibles via le site webaquebec.org, au prix régulier de 695 $ et de 125 $ pour les étudiants. La programmation préliminaire est disponible en annexe.

À PROPOS DE QUÉBEC NUMÉRIQUE

Québec Numérique regroupe des individus et citoyens qui ont pour mission de rassembler, de développer, de promouvoir et de valoriser la communauté numérique de Québec. L’organisme favorise la tenue d’évènements et participe au rayonnement international de la communauté numérique de Québec.

Sylvie Bougie (avocate chez Vigi services juridiques), Joé Bussière (directeur général de Libéo),  Carl-Frédéric De Celles (président de iXmédia), Jean-Philippe Doyle (président de Hookt Studios), Martin Huard (Services financiers Martin Huard) et Jason Lemay (associé et directeur Web chez Capt’n) siègent au conseil d’administration de Québec Numérique. Jonathan Parent assure quant à lui la direction générale de l’organisme.

*Données provenant de l’Étude de l’écosystème des compétences de l’industrie des TI dans la RMR de Québec (2012), commandée par le Comité Relève et Recrutement international de la Table des TI de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec et du www.metiers-quebec.org/portraits/administration3.htm

Suivez-nous sur facebook.com/qcnum et Twitter @QcNum
Pour tout savoir sur le WAQ : facebook.com/webaquebec et Twitter @webaquebec

                                                                   -30-

SOURCES :

Québec Numérique | quebecnumerique.com
Web à Québec | webaquebec.org

CONTACT MÉDIAS :
Anne-Marie-A. Savoie | Fernandez Communication | annemarie@fernandezcom.ca |
T 418 704-1559 poste 228 | C 418 934-7448